http://chairerp.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Faculté des sciences humaines|faculte-sciences-humaines|http://www.fsh.uqam.ca/

Chaire de recherche UQAM sur la méthodologie et l’épistémologie de la recherche partenariale


Recherche


crumerp@uqam.ca



banniere

En février 2015, la Chaire de recherche sur la méthodologie et l'épistémologie de la recherche partenariale a organisé conjointement avec le Service aux collectivités de l’UQAM un séminaire sur la recherche partenariale. Plus de cinquante participants et participantes venant du milieu académique et du milieu de l’action communautaire étaient présent.e.s. La journée nous a permis de constater la diversité des formes de « recherches partenariales » présentes, du moins principalement celles réalisées à l’UQAM.

Ce qui m’a beaucoup frappé dans les échanges de cette journée, c’est l’accent qui a été mis sur le partenariat et le peu de place qu’a occupé la dimension recherche. La grande majorité des interventions portaient sur les conditions à respecter pour assurer un bon partenariat, sur les rôles qu’y jouent les différents acteurs en présence. Si la dimension partenariale est au cœur du processus, il importe de ne pas oublier la finalité première de cette mise ensemble : la réalisation d’une activité de recherche qui repose sur un cadrage scientifique précis.

recherche action 1

Un élément central du cadrage tient au fait que le processus de recherche est ouvert. Ce qui signifie en gros que la démarche permet la production de résultats qui ne sont pas nécessairement ceux auxquels on pensait s’attendre. S’il y a un intérêt à établir une preuve autour d’évidences ou de choses connues, toutes les recherches partenariales ne visent pas cet objectif. Nombre d’entre elles explorent des domaines du savoir peu ou mal connu et donc nous engagent dans une démarche itérative où les objectifs initiaux peuvent être modifiés en cours de route.

Un autre élément du cadrage tient au fait que la démarche de recherche impose certaines exigences ou contraintes à la fois méthodologiques, en termes de rigueur des méthodes utilisées, et éthiques, en termes de vraisemblance ou de véracité des conclusions par rapport à la réalité vécue ou observée. La recherche est avant tout une invitation à l’exploration dans un monde à découvrir, ce qui implique que les découvertes puissent être décevantes face aux attentes initiales. Qui plus est, les résultats obtenus ouvrent souvent sur de nouvelles interrogations et reposent sur des certitudes relatives ou questionnables.

Après avoir exploré la dimension relationnelle, dans ses forces et ses faiblesses, ses avantages et ses désavantages, ses conditions de réalisation et ses règles à respecter, ne serait-il pas approprié de renouveler l’expérience en creusant plus à fond la dimension recherche et son impact sur la coproduction de connaissances ? C’est une invitation…

Denis Bussières, doctorant, département de sociologie, UQAM

Retour en haut de page